samedi 16 novembre 2019
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Paroles d'un monde difficile (Adrienne Rich)
Paroles d'un monde difficile (Adrienne Rich)

Adrienne Rich

Paroles d'un monde difficile

Poèmes 1988 - 2004

EditeurLa rumeur libre

CollectionLa Bibliothèque

Date de parution10/2019

ISBN/code barre978-2-35577-141-5

Format (mm)141 x 192

ReliureCahiers cousus, couverture avec rabats

Nombre de pages112

Poids146 g

Traduction de l'anglais (Etats-Unis) par Chantal Bizzini

Prix 17,00 €
Feuilleter

Traduction de l'anglais (Etats-Unis) par Chantal Bizzini

Sélection de poèmes d’Adrienne Rich, jamais traduite en France. Une voix lyrique familière, intime,une voix de femme américaine, porteuse de tradition, une voix whitmanienne, transcendantaliste, et gauchissant cette tradition pour l’élargir. Il y a chez Adrienne Rich une adhérence à la vie. Engagée dans les conflits et la lutte qui se mènent pour aller de l’inconscient au dicible, puis à l’action. Sa poésie, dit-elle, est « une longue conversation avec les aînés et avec le futur ».

(4ème de couverture)

Une femme sombre, la tête penchée, écoute quelque chose
— une voix de femme, une voix d’homme ou
l’appel de l’autoroute, nuit après nuit, du métal fi le le long de la côte, vers le sud,
au-delà des eucalyptus, des cyprès, les empires agro-alimentaires,
LE SALADIER DU MONDE, le brrr des petits avions
qui vaporisent les fraises, chaque baie cueillie par une main
en étroite communion, du sang de fraise sur le poignet,
du malathion dans la gorge, une communion

Ainsi s’ouvre l’Atlas du monde difficile d’Adrienne Rich, d’une voix lyrique familière, intime. Une voix de femme américaine, porteuse de tradition, une voix whitmanienne, transcendantaliste, et gauchissant cette tradition pour l’élargir, en sortir, en naître, pour ainsi dire.
Lire Adrienne Rich, c’est acquérir une vision cinématographique : du survol des vastes paysages américains à la descente dans les gestes et les attitudes les plus quotidiens, le reportage de l’œil et de la sensibilité étant soumis à un montage, c’est-à-dire repensé.
L’humain est là, à vif, et nous entrons dans les continents accidentés et assombris de ce monde, à travers les contrées de la mémoire comme à travers les paysages du présent. Nous venons à la rencontre intime de figures de la vie quotidienne et de l’histoire qu’Adrienne Rich juxtapose. Par l’écriture, la poétesse se livre à une exploration concomitante du moi et du monde.

Il y a chez Adrienne Rich une adhérence à la vie ; et je dirais volontiers que son œuvre est sismographique, elle permet d’élargir au monde l’enregistrement sensible de qui ne s’isole pas, mais prend en compte les autres, engagée dans les conflits et la lutte qui se mènent pour aller de l’inconscient au dicible, puis à l’action. Sa poésie, dit-elle, est « une longue conversation avec les aînés et avec le futur ».