mardi 15 octobre 2019
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Le Monde entier (Jean-Paul Michallet)
Le Monde entier (Jean-Paul Michallet)

Jean-Paul Michallet

Le Monde entier

roman

EditeurLa rumeur libre

CollectionLa Bibliothèque

Date de parution09/2019

ISBN/code barre978-2-35577-193-4

Format (mm)141 x 192

ReliureDos carré collé, cahiers cousus

Nombre de pages96

Poids127 g

Prix 17,00 €
Feuilleter

Je ne pensais pas à écrire, je ne l’avais jamais imaginé. Je ne crois pas, un jour, avoir même eu envie d’écrire comme je le fais en ce moment et chaque jour dès que je me lève le matin. C’est devenu comme un besoin. Je suis installé dans l’ancienne lingerie de notre appartement. Notre appartement: celui de ma femme et le mien. Nous avons terminé depuis quelques mois de rembourser notre emprunt. Maintenant nous ne devons plus rien à personne. Nous nous le disons souvent. Nous le dire et nous le répéter nous fait du bien.

(4ème de couverture)

Derrière ce que je voyais tout de suite des vaches, je veux dire, le marron luisant de leurs poils qui se détachait sur le vert artificiel de l’herbe, et je ne parle pas de leurs pis gonflés de lait ni de leurs muscles qui semblaient leur être poussés, comme une maladie, de l’intérieur du corps, je voyais l’animal — Vache avec un grand v ; celui qui contenait toutes les vaches dans leur pleine
force et leur présence comme un instant unique de la vie. Un animal donc qui n’était pas lié aux hommes comme une pauvre bête exploitée et mangeable à toutes les sauces les dimanches en famille, ni perdu dans le tout et le rien des choses. Un animal, pour continuer, plein de dignité en dehors de son troupeau, qui se trouvait au-delà de lui et qui apparaissait comme la présence invisible, à l’œil nu, du monde, comme une de ses pièces ; un animal surtout, pour terminer avec cela, qu’on ne pouvait pas trouver découpé en morceaux pleins de sang à l’étal d’un boucher et encore moins en tranche rôtie dans une assiette, donc.

.